8 Décembre, 2017 par

Depuis plusieurs années, SNCF innove dans le domaine des drones afin d’améliorer la performance et la sécurité de son réseau. Cette démarche prend son envol grâce au partenariat signé le 24 février 2015 avec l’ONERA, le centre français de recherche aérospatiale. L’objectif ? Concevoir des technologies de drones sur-mesure pour les applications spécifiques de SNCF.

SNCF souhaite profiter de l’agilité des drones afin d’améliorer ses méthodes de surveillance du réseau et ses performances associées. Les drones, qui permettent des prises d’information sans effet sur le trafic, ouvrent en effet des perspectives dans de nombreux domaines :

  • suivi et contrôle de la végétation aux abords des voies
  • prévention et détection des intrusions de toutes natures dans les emprises ferroviaires, notamment pour lutter contre les vols de métaux
  • inspection des ouvrages d’art (ponts, viaducs), des gares (toitures, verrières), des ateliers ou des trains (toitures), et des parois rocheuses
  • inspection des installations électriques pour détecter par exemple les constituants défectueux (points chauds)
  • détection rapide des obstacles ou des avaries sur la voie en cas d’intempéries ou d’actes malveillants
  • suivi de chantier, depuis les phases de reconnaissance en étude jusqu'aux réceptions en fin de travaux

En 2013, SNCF s’est doté de son premier drone et a réalisé des expérimentations sur le terrain. Les parois rocheuses de Le Trayas, dans le Var, ont ainsi été modélisées en 3D avec précision. L’objectif ? Réaliser une inspection détaillée des ouvrages afin de maîtriser les risques de chutes de blocs rocheux.

 

Posté dans: Drones